Le succès de la première édition des Estivales de Berdine, le 15 juin 2013, a donné l’envie à l’association de réitérer l’expérience. Le samedi 14 juin 2014 a donc eu lieu la deuxième édition des Estivales de Berdine.
De nombreux artistes étaient présents dès 10h du matin pour accueillir les premiers visiteurs. Tout autour de la chapelle, au centre du village, Chris Boyer exposait les superbes portraits et les scènes de la vie au quotidien à Berdine. Ce regard particulier plein de douceur, que seul le berdinois qu’il a été peut poser sur les êtres et les choses, teinte ses photos d’une finesse et d’une émotion palpable.

Pascal et Djamel posent devant leur photo

La troupe de cirque Ska Barré a entamé la matinée avec un numéro vertigineux sur le clocher de la chapelle, pendant que les chorales « Polyphonies Bourlingueuses » et « l’Atelier de St Martin » échauffaient leurs voix. Louda était déjà sur la place Alain Lacote et accueillait les visiteurs avec ses chants russes envoûtants.

Carine Charrier – Echassière

Sophie la danseuse « buto » et Carine l’échassière déambulaient dans le village, guidant les spectateurs vers les premières activités qui se mettaient en place.

L’orchestre du Village de Cavaillon lançait ses premières notes du côté de la boulangerie, en même temps que le groupe de musique électro « Hugo Kant » sur la grande scène. La variété de la programmation permettait aux spectateurs de découvrir une performance artistique à chaque coin de rue, et de visiter par la même occasion, la Bergerie de Berdine.

L’Orchestre du Village de Cavaillon
Le groupe Hugo Kant

Les fruits de l’atelier d’écriture animés par Isabelle Ronzier ont été présentés grâce aux cahiers disséminés dans le hameau présentant les textes des personnes accueillies à Berdine et à Ares. Leur prose poétique a été présentée sur de grands panneaux décorant les rues.

Le Berdine des enfants, animé par Julia, a proposé ses activités ludiques toute la journée. Au programme : coloriage, maquillage, chamboule-tout, chasse au trésor etc…

Les déambulations ont été un franc succès : Ska Barré et les chorales ont sillonné ensemble le village, suivi par un public curieux de découvrir les performances qui leur étaient réservées. Ainsi, après un numéro d’équilibre à couper le souffle, Ska Barré a ravi petits et grands avec un spectacle d’acrobaties devant la salle de sport, pendant que les chorales donnaient de la voix dans la Cour Maria. L’absence de M.Jean-Baptiste de Foucauld fut regrettée lors de la conversation sur l’engagement à 11h. Néanmoins, Michel Thery, Jacques Chanet engagés socialement sur les problématiques du territoire, Hugues Reiner, Joachim Bresson, Thibaut d’Ares et des bénévoles, ont su animer le débat de façon très convaincante.

Le public de plus en plus nombreux a ensuite pu apprécier le menu proposé par le chef Raphael Bembaron, à l’ombre des muriers autour de la guinguette « Chez Yoyo » où tout au long de la journée chacun a pu se désaltérer. A la fin du repas un hommage a été rendu à Leanid, berdinois récemment décédé. Louda Colin russe comme lui, a entonné « Atchevo », que l’ami Leo, aimait chanter en toutes occasions.

Guinguette chez Yoyo
L’emplacement du repas, les bénévoles prêts pour le service

L’absence de Bérengère Krief, empêchée par la grève SNCF de nous rejoindre, a bouleversé le programme de l’après midi. Salomé et Quentin du groupe Hugo Kant ont ainsi repris du service avec un magnifique duo chant/guitare sur la grande scène. Ensuite, place aux acteurs d’Ares atelier sur la grande scène avec une interprétation contemporaine du Petit Poucet, mis en scène par Philippe Combenègre : rires et émotions étaient au rendez-vous. Puis, le chef d’orchestre Hugues Reiner au piano et le ténor Joachim Bresson ont attiré dans la chapelle une foule séduite par leur interprétation des morceaux de Schubert et Malher.

Et enfin, clou de la journée, la troupe berdinoise a présenté « La Mégère apprivoisée » de Shakespeare, accompagné à l’orgue et à la flûte traversière par Sophie et Thierry Bois. Un réel défi pour ceux qui avait interprété « Clérambard » de Marcel Aymé l’année passée ; tous ces mois de répétitions et d’aventure humaine ont été récompensés par un tonnerre d’applaudissement.

« La Mégère apprivoisée » de W.Shakespeare, interprétée par les berdinois
« La Mégère apprivoisée » de W.Shakespeare, interprétée par les berdinois

A 21h, avec beaucoup d’humour, Hugues Reiner a fait chanter le public, pendant une demi-heure, avant la prestation tant attendue du parrain de Berdine, Jean-Louis Trintignant.

Jean-Louis Trintignant et Jean-Louis Bérard

Avec talent, Jean-Louis Bérard a ouvert la soirée sur « les méfaits du tabac » de Tchekov. Puis, dans la douce lumière du soir, accompagné de ses musiciens Daniel Mille à l’accordéon et Grégoire Korniluk au violoncelle, Jean-Louis Trintignant nous a bouleversés avec ses Amis les poètes libertaires Vian, Desnos et Prévert. Enfin « Paul et Vivien » de Jean-Michel Ribes ont permis aux deux Jean-Louis de donner libre cours à tout l’humour dont ils sont capables.

Pin It on Pinterest

Share This